L'histoire de l'Association est avant tout l'histoire d'un homme, Jean-Pierre LACZ

Il est victime d’inceste dès l’âge de 4 ans puis de viols successifs dans son adolescence. Cependant,  ce n’est que bien plus tard, alors qu’il est âgé de 47 ans et que les périodes de dépression se succèdent qu’il prend conscience de l’origine des troubles qui l’habitent : anorexie, boulimie, problèmes sexuels, drogues et tentatives de suicide...

 

Les périodes d’hospitalisation se poursuivent sur plus d’une décade.

Durant ces internements, il côtoie des personnes, qui, comme lui, ont subi des violences sexuelles. Ces personnes viennent naturellement vers lui, se confient, souvent pour la première fois !

A chaque fois, il les convainc alors de libérer leur parole et de se tourner vers le corps médical qui, une fois l’origine du mal connu, pourra procurer une aide adaptée.

L’idée de l’association nait à ce moment-là, et grandit petit à petit, au fur et à mesure que son état mental s’améliore.

l’E.M.D.R finit de lui permettre de se reconstruire, de récupérer ses capacités.

En 1999, il commence une formation à l'Ecoute Active, auprès de professionnels (au total plus de 800h), rencontre des médecins, échange avec des psychocliniciens....

 

En 2015, avec le soutien de son mari, il peut alors créer, l’association « Plus Jamais Ça ».

En cinq ans, plus de 70 personnes ont été accompagnées dans le processus de Leur reconstruction.

Il s’agit de personnes adultes mais aussi de mineurs de plus de 15 ans accompagnés d’un représentant légal.

La confidentialité est bien sûr un élément fondamental. Toutefois bienveillance, confiance et aide à la déculpabilisation n’en sont pas moins essentielles. Les entretiens sont réalisés selon le rythme de parole des victimes.

Ce n’est qu’à leur demande, quand elles sont prêtes que J.P. les oriente vers des spécialistes du corps médical qui pratiquent des traitements tels les Thérapies Cognitives Comportementales (T.C.C) ou encore la désensibilisation et retraitement par les Mouvements oculaires (en anglais, « eye mouvement desensitization and reprocessing » ou E.M.D.R) qui ont largement fait leur preuve auprès des victimes de psycho-trauma.

Un accompagnement est également réalisé, à la demande la personne qui le souhaite. Qu’il s’agit-ce de la sécuriser pour les premiers rendez-vous thérapeutiques, lors d’un entretien avec un conseiller juridique ou bien près des services de police en cas de dépôt de plainte.

© 2019 PlusJamaisÇa66. site créé avec Wix.com

  • Plus jamais ça